Je garde mes convictions de foi

Ce qui ne m’empêche pas d’y voir clair

Certains sous des allures bon aloi,

Font ressurgir le vieil Hitler.

 

Je ne peux pas, connaissant l’homme

Arborer les thèses révisionnistes

Je connais les autodafés, les pogroms,

Et les bouchons qui ont bouilli à Auschwitz

 

Cessez de me dire qu’il y a des mauvaises graines

Faut-il donc que vous ne vous regardiez

Certains ont poussé dans le terreau de la haine

Peut-être n’y avez-vous réchappé.

 

Le peuple juif a sa calotte

Au nom de la diversité et du mystère.

Ne ressentez-vous pas la trouille la plus hot

Au fond du cœur de nos confrères ?

 

Car pour qui n’oserait réellement croire

Malgré les typhons venus des mers,

Par le nom d’Adam et son espoir,

Et malgré tout, nous sommes tous, sœurs et frères.

 

Aucune race supérieure n’a d’avenir.

Les haines biéreuses, la hargne stupéfiante,

L’enfance a tout du repentir,

La pureté édifiante.