le poeme d'eau douce

27 novembre 2007

Constat

Quand je vais voir les musiciens,

Quand à 30 ans je veux changer de destin,

Quand je veux manger sans faire dessus un festin,

Tout cela est trop cher.

 

Quand je veux mourir mais rester sur terre,

Quand je veux une femme sans avoir sa mère,

Quand je veux une heure de liberté sans enchère,

Tout cela est trop cher.

 

Quand je rentre dans un bar pour un peu d’eau,

Quand je veux pêcher et voir les poules d’eau,

Quand je veux méditer avec mon bol d’os,

Tout cela est trop cher.

 

La paix est un diplôme qu’il faut demander.

Posté par pourki à 20:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Poème d'Aline

Donner de l’amitié à qui veut de l’amour, c’est donner du pain à qui meurt de soif.

 

Si la mer était de l’encre et la terre une feuille de papier, je n’en aurais pas assez pour écrire je t’aime.

 

La nature nous a donné deux oreilles et seulement une langue afin de pouvoir écouter d’avantage et moins parler.

 

L’amour est le seul rêve qui ne se rêve pas.

 

Ici j’ai tout sauf toi, donc je n’ai rien car tu es tout pour moi.

 

Je pense à toi une fois par jour, mais ce moment dure 24 heures.

 

La vie c’est comme la culotte d’une petite fille courte et pleine de merde.

 

Les fautes sont grandes quand l’homme est petit.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.

 

Je te regarde, tu me regardes, je te souris, tu me souris. Tu crois que t’aime mais en fait je t’emmerde.

 

Et comme chaque jour je t’aime d’avantage, aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

 

Ton prénom est facile à lire, facile à écrire, mais dur à oublier.

 

Celui qui n’est plus ton ami ne l’a jamais été.

 

On m’a dit que dans un an il y a 365 jours, que dans un jour il y a 24 heures, que dans une heure il y a 60 minutes, dans une minute il y a 60 secondes, mais on ne m’a jamais dit qu’une seconde sans toi serait une éternité.

 

Mourir c’est la dernière chose à faire.

Posté par pourki à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Liberté !

Je garde mes convictions de foi

Ce qui ne m’empêche pas d’y voir clair

Certains sous des allures bon aloi,

Font ressurgir le vieil Hitler.

 

Je ne peux pas, connaissant l’homme

Arborer les thèses révisionnistes

Je connais les autodafés, les pogroms,

Et les bouchons qui ont bouilli à Auschwitz

 

Cessez de me dire qu’il y a des mauvaises graines

Faut-il donc que vous ne vous regardiez

Certains ont poussé dans le terreau de la haine

Peut-être n’y avez-vous réchappé.

 

Le peuple juif a sa calotte

Au nom de la diversité et du mystère.

Ne ressentez-vous pas la trouille la plus hot

Au fond du cœur de nos confrères ?

 

Car pour qui n’oserait réellement croire

Malgré les typhons venus des mers,

Par le nom d’Adam et son espoir,

Et malgré tout, nous sommes tous, sœurs et frères.

 

Aucune race supérieure n’a d’avenir.

Les haines biéreuses, la hargne stupéfiante,

L’enfance a tout du repentir,

La pureté édifiante.

Posté par pourki à 19:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Froide présentation

Je ne veux pas figer cette page dans la mièvreté, je veux que cet espace soit ouvert aux créateurs. Que qui fait dans la passion trouve ici sa place.

Point d’obligation à se contenter ici de l’écriture, car celle-ci est et est aussi plus.

L’esprit confiant offre, se donne et participe.

Soyez le bienvenu dans cet espace dans l’esprit de paix. Faites parvenir par mail vos travaux écrits, vos photos de projets, vos planches de bandes dessinées vos trouvailles en termes de rareté. Offrez ce qui peut être pour le net quelque chose qui brille, pour que cet espace ne devienne pas celui qui remplace mais celui qui montre.

Je ne sélectionne rien, je classe, j’éclaircie et je trouverai un sens.

Que puis-je faire, moi ? -Vous montrez que je ne suis que peu comme tout un chacun et vous dévoile cinq ans de travaux écrits. Ces travaux, qui ne sont pas tous là, sont juridiquement protégés et ne feront que vous disculper en cas de téléchargement malin donnant sur une utilisation intempestive.

Ayez donc l’amabilité de lire ce que vous pouvez lire avec l’envie qui vous appartient sans outrepasser les droits d’auteur.

Afin que chacun trouve ici sa place, les documents envoyés à mon adresse par mail seront fondus au site et non pas collés au risque de ne pas être protégés non plus.

En cas de despotisme éclairé, de malveillance et de propos sournois, les documents seront soyez-en sûrs balayés.

Si vous avez lû jusqu’ici sans aucune arrière pensée tranchée et négative, alors vous êtes le bienvenu.

Posté par pourki à 19:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]